Maison et sanctuaire saint Joseph
Maison et sanctuaire saint Joseph

Fraternité

La fraternité ! Plus qu'un joli mot ou une devise, c'est une valeur que nous nous efforçons de vivre quotidiennement. La Banderole accorchée cet hiver au clocher du sanctiaire "Allex, village fraternel" nous le prappelait surtout au moment où la tentation peut être forte de fermer sa porte à l'étranger ou au migrant.

 

La communauté  : lieu de fraternité

En tant que membre de la communauté religieuse spiritaine, nous avons à vivre comme des frères, voulant témoigner au delà de nos différences, la communion et la solidarité éntre nous. Sans être des hommes d'exception, nous choisissons de vivre cette fraternité en communauté pour accomplir notre mission...

C'est un point important qui nous est soucent rappelé par nos hôtes : certains venus pour se reposer et profiter du cakme, d'autres en famille ou en associations diverses pus ou moins proches de l'Église.

Beaucoup son sensibles à la présence d'une communauté religieuse. Quelques-uns signalent la chance qu'ils ont eu de partager notre prière quotidienne. C'est à la fois un encouragement et un défi pour nous. L'objectif est là : faire de Saint-Joseph d'Allex une "maison fraternelle" grâce à la simplicité et à la convivialité que nous voulons développer.

 

La maison Saint-Joseph et nos fraternités

En évoquant la fraternité nous ne pouvons pas passer sous silence nos Fraternités, liées à la Congrégation du Saint-Esprit, et à la vie de la maison. Deux fraernités "Esprit et Mission" existent . l'une à Allex, l'autre à Valence... Elles vivent à leur manière la spiritualité dez nos fondateurs "un seul coeur, une seule âme" et participent ainsi à la construction de la fraternité entre nous.

La Fraternité saint Joseph est liée à l'histoire de notre maison et a surtout vocation de promouvoir la dévotion à saint Joseph. Ces fraternités, chacune à sa façon, participent à la mission d'accueil et doivent témoingner de cette communion qui nous fait vivre. Il s'agit en définitivé  pour elles comme pour nous tous " de chercher à vivre l'Évangile chaque jour pour le service d'une mission : l'engagement au service du Christ"

 

P. Etienne Lefèvre, supérieur de la Communauté

Accueil

C'est un mot qui revient souvent: accueillir l'hôte, l'étranger, le réfugié, le migrant. Lourd de sens, il nous engage dans nos relations avec les autres. Accueillir n'est pas facile car c'est accepter d'être dérangé dans sa vie et même bouscullé... Joseph et Marie en ont fait l'expérience à Bethléem. Plus ou moins consciemment et souvent pour de bonnes raisons, nous fermons notre coeur à celui qui vien de manière inattendue. Pas de place pour lui! Et si ce "lui" c'était le Christ, celui que nous ne savons pas reconnaitre...

Occasion de belles rencontres

Notre maison Saint-Joseph met en oeuvre depuis plusieurs années son projet d'accueil. Cela permet de faire de belles rencontres avec des personnes qui ne partagent pas forcément nos convictions, mais qui sont sensibles à la présence d'une communauté religieuse missionnaire. Quoi de plus inédit que de recevoir dans un même week-end des scouts musulmans et des éclaireurs unionistes protestants ! Occasion propice d'une meilleure connaissance et de respect mutuel dans la différence...

Ouverture missionnaire

Ce genre d'accueil nous conforte dans dimension missionnaire : notre maison se fait lieu d"échanges, de partages, de solidarités. Saint Joseph nous accompagne sur ce chemin et nous aide à être fidèles à cette vocation d'hospitalité. Lui-même, maintes fois bousculé dans son projet de vie a su garder confiance dans les événements les plus inattendus et les plus déconcertants.
Puisse-t-il rester notre compagnon de route. Il saura nous aider dans les événements à venir, si nous avons confiance en lui, pour y discerner la volonté du Seigneur et grandir, jour après jour, dans notre vocation d'enfants de Dieu.

 

P. Etienne Lefèvre, supérieur de la Communauté

Continuons avec Saint Joseph (Novembre 2016)  Etienne Lefèvre

Comme annoncé la Revue nouvelle formule (une seule édition pour la France, sauf ce supplément pour Allex) parait avec ce numéro. Elle saura aussinous ouvrir l'esprit et le coeur pour grandir dans la foi. Des articles sur la vie missionnaire; sur la spiritualité et des prières vous seront toujurs proposés. Nous avons aussi voulu garder des pages spéciales concernant la vie de notre sanctuaire et des rtubriques qui décveloppent une spiritualité autour de saint Joseph.

Notre devoir est de répondre au mieux à vos demandes, de vous accompag,er pour continuer à approndir votre foi

Puissent la vie et la spiritualité de saint Joseph être mieux accueilies et reçues dans notre vie quotidienne

Saint Joseph est un maître pour toute notre vie humaine et spirituelle. Restons à son école pour réaliser notre vocation chrétienne.

P. Etienne Lefèvre, supérieur de la Communauté

Depuis trois ans que je dirige la Revue Saint-Joseph, je suis témoin que la plupart des lecteurs aiment prier les uns pour les autres. Manifestement, ils désirent être acteurs de la solidarité dans le monde, ils croient en la puissance salvatrice du Christ et reconnaissent le pouvoir intercesseur de saint Joseph. La revue a pour finalité de maintenir cette communion spirituelle entre les lecteurs, c’est pourquoi nos pages commencent par la rubrique «?Entre nous?» avec une sélection du courrier que nous recevons. La revue maintient également l’union spirituelle avec celles et ceux qui fréquentent le sanctuaire d’Allex, participent à son animation ou profitent des installations d’accueil mises à leur disposition pour des rencontres, des partages et des célébrations, ce dont nous nous faisons l’écho. Enfin, elle maintient une communion spirituelle avec ceux qui, dans les différents coins du globe, partagent notre foi chrétienne. C’est la raison d’être de nos reportages et de nos intentions de prière missionnaire. La Revue Saint-Joseph est ainsi devenue une revue d’information et de formation et son équipe de rédacteurs a fermement l’intention de continuer en ce sens. J’écris ces lignes parce que l’on m’a confié une nouvelle mission, celle d’animer la province spiritaine de France, au côté du Supérieur provincial. Je quitte donc Allex pour Paris, mais depuis la capitale je m’efforcerai de veiller à la bonne marche de notre revue, même si mes nouvelles fonctions m’empêcheront d’en être le principal rédacteur. Je sais que je peux compter sur le dévouement des pères d’Allex pour rédiger les prochains numéros et sur la prière des lecteurs que je remercie vivement. Que tous continuent à faire connaître la Revue Saint-Joseph et à encourager de nouveaux abonnements pour qu’elle poursuive sa vocation de prière, sous l’intercession du saint patron des familles, des travailleurs et de l’Église universelle.
Nous le savons, les saint nous entourent de leur présence aimante et réconfortante. Jésus, par sa prière et par sa vie donnée sur la croix est l’INTERCESSEUR par excellence de toute l’humanité. Si tous les baptisés partagent la vie du Christ et sont ses représentants, ils peuvent, à leur tour, intercéder les uns pour les autres. À plus forte raison les saints : parce qu’ils ont imité à la perfection le Christ Jésus et sont entrés plus intimement au cœur de la prière qu’il adresse à son Père, les saints sont devenus de grands intercesseurs et nous nous confions à eux. C’est ce que l’on appelle la «?communion des saints?».
Invoquez saint Joseph pour les enfants et les familles meurtries de Centrafrique, auquel nous consacrons ce numéro. Ce pays ne s’est pas encore remis des profondes blessures d’un conflit fratricide. Les acteurs de la réconciliation ne manquent pas. Ils sont chrétiens, musulmans, jeunes ou responsables religieux. Ils ont besoin de notre soutien et de nos prières.
P. Francis Weiss

 

 

 

 

 

Protéger notre maison commune (juillet 2016)

Par cette belle expession le Pape Francois lancait il y a un an, à la conscience de tous, un appel au devoir de préserver notre planète, cette maison commune, dans son exhortation dont le titre, Laudato Si' est tiré du fameux cantique de lauange de saint François d'Assise.. Une responsabilité nous incombe particulierement si nous souhaitons léguer un heritage aux futures générations : nous la partageaons avec les non croyants et les adeptes d'autres religions. Protéger l'environnement est un devoir éthique qui doit dépasser les clivages politiques, idéologiques et religieux.

L'exemple des Philippines
Le dossier nous emmène aux Philippines, conduits par l'analyse du Père Daniel Sormani, spiritain, qui y travaille depuis de longues années. Il nous éclaire sur les débats qui entourent la réception de "Laudato Si" au sein d'un pays majoritairement catholique, surpeuplé et en proie aux ravages de cyclones successifs. Nous comprenons ainsi que le devoir de préserver la planète se pose differemment selon les pays. L'exemple particulier des Philippines ne devrait aucunement nous dispenser d'un effort, pour, nous aussi, mieux nous informer et changer nos habitudes en matière de consommation, de déplacement et d'habitat


Par la prière et par l'action

En soulignant que <tout est lié>, le pape François lance un appel à une conversion écologique de tous pour une responsabilité commune et partagée. Mon comportement n'engage pas directement l'avenir d'un petit Phillipin ou du gamin de la maison d'en face, mais je peux, en apportant ma contribution, aider à préserver l'environnement et assurer un avenir aux générations qui suivront. Suivant la ligne spirituelle de notre revue, j'invite les lecteurs à cultiver le trésor de l'admiration et de la langue pour la création, un trésor fragile et précieux, que Dieu nous a légués.

 

Des choses nouvelles

Moins nombreux qu'autrefois, les spiritains nous souhaitons maintenir toujours aussi vivants nos trois revues (Pentecôtes sur le monde, Echo de la mission et revue Saint Joseph d'Allex). Il nous a paru nécessaire de ne former qu'un seul comité de rédaction pour un contenu de 32 pages identiques aux trois revues alors que depuis quatre ans, seules 16 pages étaient identiques. Depuis de longs mois, nous préparons une nouvelle mise en page qui bousculera un peu l'ordre des rubriques, mais la ligne actuelle de votre revue sera parfaitement assurée, avec des reportages sur la mission spiritaine en France et dans le monde, des articles pour nourrir la méditation et la prière, ainsi que quelques nouveautés... Comme il se doit, Sant Joseph sera amplement honoré : un cahier spécial, inséré en milieu de revue, lui sera entièrement consacré avec des prières, une page pour vos intentions sur la figure de ce grand saint, lui le gardien de la maison où vécurent Jésus et Marie, lui le protecteur de l'Eglise présente aux quatre coins du monde. Dans le prochain numéro (septembre/octobre 2016), nous présenterons davantage les changements qui paraîtront lors de la publication du numéro de Novembre/Décembre.

« Frères et sœurs, bonsoir ! »
C e sont les tout premiers mots du pape François lors de sa première apparition au balcon de Saint-Pierre. Merci à vous tous et bonne nuit ! » Ce furent les dernières paroles publiques de Benoît XVI au balcon de la résidence d’été des papes. Des paroles simples, comme celles que prononcent de bons pères de famille à leurs enfants. La familiarité du propos ne doit pas occulter le contenu du message. Souhaiter une bonne soirée ou une bonne nuit, c’est souhaiter le repos à ceux qui, fatigués par une journée de travail, doivent se lever tôt le lendemain pour reprendre leurs activités. Bonsoir ou bonne nuit, bien sûr, c’est dire du bien (en latin benedicere), bénir les enfants avant qu’ils n’aillent se coucher, une manière de leur souhaiter beaucoup de bien et de veiller sur leur croissance physique, morale et spirituelle.

Si le style spontané du pape François diffère de celui – plus réservé – de Benoît XVI, on trouve chez les deux hommes la même simplicité et le même amour pour l’Église. Il ne fait aucun doute que saint Joseph les tient tous les deux sous sa douce protection. Il a donné son nom pour le baptême de l’un (Joseph Ratzinger). Il a béni les débuts du ministère de pape de l’autre (messe solennelle des débuts du ministère du pape François, le jour de la Saint-Joseph). Le premier se retire dans le silence de la prière et de la méditation, le deuxième, inconnu des
grands médias, sort, à la surprise de tous, sous la lumière des projecteurs. Nous devinons quelque chose du mystère de la personne même de saint Joseph – homme de silence et de discrétion – qui sort de l’ombre pour entourer l’Église de soins paternels. Ce numéro voudrait en être le reflet .

La particularité de notre revue est précisément d’associer saint Joseph à l’action missionnaire de l’Église. Joseph est le patron d’une Église universelle qui ne vit pas fermée sur elle-même. Elle sort, comme le rappelle avec force le nouveau pape, pour annoncer à tous les hommes et femmes de bonne volonté l’amour de Dieu manifesté par le Christ, et plus spécialement aux pauvres et aux plus petits. Vous lirez avec intérêt notre dossier central sur la nouvelle évangélisation élaboré à partir du message final des évêques réunis lors du synode d’octobre. En cette année de la foi, vous apprécierez l’éclairage que nous donne le P. Marc-Henri Jeoffre sur la résurrection du Christ et la nôtre.

Que l’Esprit du Christ ressuscité, Esprit de Pentecôte, nous pousse à édifier une Église vivante, toujours jeune et rayonnante de charité.

P. Francis Weiss
Des sources de lumière dans le monde
Sans lumière, il n’y aurait pas de vie sur terre, voilà pourquoi elle est symbole de vie. Elle donne du relief aux surfaces qu’elle caresse. Sa maîtrise technique, par le peintre ou le photographe, permet d’apporter éclat et profondeur à l’œuvre d’art. La lumière est associée à l’acte créateur. En l’absence de rayons solaires, les profondeurs sous-marines sont plongées dans l’obscurité et les eaux en surface restent glauques. La lumière est symbole de transparence et de limpidité, de clarté et de netteté ; métaphore de la pureté, de la vérité et de la beauté.

Le 2 février, nous célébrons la fête des Lumières, également appelée Chandeleur en raison des cierges que nous bénissons en l’honneur de Jésus proclamé « Lumière des nations » par Syméon venu à la rencontre de Joseph et Marie, alors qu’ils présentaient l’Enfant au temple de Jérusalem . Le thème de la lumière est si fréquent dans notre vocabulaire religieux que nous n’y prêtons plus guère attention. Pourtant la lumière éclaire bien des pages d’un bout à l’autre de la Bible .
« Le Christ est la lumière des peuples réunis dans l’Esprit Saint », rappelle la Constitution sur l’Église du concile Vatican II dont nous célébrons le 50e anniversaire depuis octobre dernier. En 1962, lorsque les évêques du monde entier se réunissaient, soufflait un vent d’optimisme. Aujourd’hui, le monde apparaît plus menaçant pour les hommes et les femmes qui l’habitent. Cela expliquerait-il la fascination de certains de nos contemporains pour la fin des temps (lire à ce sujet l’homélie, p. 6) ? Dans un monde qui doute, les chrétiens sont appelés à être témoins de la lumière divine. Comme pour saint Joseph, la lumière de l’Esprit Saint nourrit notre espérance et confère une joie certaine, malgré les épreuves (pp. 4-5). Dieu nous appelle à vivre le mystère du Christ qui, mort sur la croix, est ressuscité. Il est clarté nouvelle pour un monde encore à venir.
Notre dossier nous emmène dans le sud-est du Brésil, suite à celui consacré à l’Amazonie (dossier de septembre/octobre 2012). Il nous montre le visage lumineux d’une Église au service des plus pauvres dans un pays où persistent de grandes inégalités sociales. Elle se fait proche des jeunes alors que ceux-ci tendent à s’éloigner d’elle. L’Amérique latine était, selon le pape Paul VI, le continent de l’espérance. L’Église au Brésil n’oublie pas cette joyeuse espérance, qu’elle traduit avec éclat et bonhomie lors de ses fêtes colorées.

P. Francis Weiss
Les chrétiens dans le monde

Jean Savoie

Le chrétien, frère universel
Dans la conscience spontané de chacun, la fraternité se limite à la vie familiale. Le lien du sang est reconnu par tous. Tout le monde se fait une obligation d'assumer la responsabilité des relations qui en découlent même si des événements douloureux peuvent casser cette conscience spontanée et cela peut aller jusqu'à la rupture la plus triste que vivent certains frères ennemis.

La conscience fraternelle naturelle, parentale ou filiale, est faite de relations faciles et profondes qui n'ont pas besoin d'explication et englobent toute la vie. On connaît la réplique d'une fillette, portant un petit enfant sur le dos, À un touriste qui avait voulu exprimer sa compassion en lui disant :"Tu portes là un bien lourd fardeau!"La fillette avait répondu :" Ce n'est pas un fardeau, monsieur, c'est mon frère" (...) ...Suite...

La conscience sociale élargit la fraternité à divers autres groupes: famille élargie, tribu, nationalité, ou aute distinction apparente, sans galvauder le beau titre de frère ou de soeur. La conscience chrétienne met la fraternité à un autre niveau de réalité. Les premiers chrétiens se disaient frères entre eux comme on le voit dans les lettres de saint Paul. On pourrait dire que c'est aussi une fraternité de sang, puisque c'est la communauté de ceux qui se reconnaissent "sauvés" par le sang de Jésus Christ. Cette vérité de base dans la foi chrétienne fonde les relations réciproques de la vie nouvelle reçue au baptême en toute vérité.
De plus, le chrétien se reconnaît frère de tout homme, frère universel, parce qu'il sait que le Christ est mort pour tous les hommes et que tout homme est appelé à le reconnaitre en a&cceptant la foi chrétienne. Cette relation fraternelle n'est pas reconnue par celui qui n'est pas chrétien mais elle modèle le regard du chrétien sur les autres. Elle est propre au christianisme qui qualifie les relations vers les autres, non de simple altruisme ou de généreuse solidarité, mais de fraternité effective et afffective qui est bien exprimée dans la vie du Bienheureux Charles de Foucault qui a voulu être "Frère universel".

Nos voeux chaleureux de bonheur présent et futur vont à tous les hommes, à tous nos lecteurs et à tous ceux qui, selon leur condition chrétienne, fondent leur fraternité sur ce Grand Frère, Seigneur et Sauveur de tous, dans sa vie, dans sa mort et dans sa résurrecxtion.

P. Jean Savoie

Vivre notre condition chrétienne dans le monde
Malraux a décrit la difficile Condition humaine, heureuse ou tragique Balzac a développé La Comédie humaine et Dante a présenté la Divine Comédie. Il nous faut aussi prendre conscience de la condition chrétienne dans le monde actuel pour y vivre dans la sérénité de notre foi, en sachant combien cette condition peut être éprouvante pour certains d’entre nous.

Les premiers chrétiens ont su noter leur condition particulière dans ce texte anonyme du IIe siècle appelé la Lettre à Diognète. Cette apologie, peut-être rédigée à Alexandrie vers 190-200, est adressée sous forme de lettre à un païen de haut rang nommé Diognète.
« Les chrétiens ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par le langage, ni par les coutumes. Car ils n’habitent pas de villes qui leur soient propres, ils n’emploient pas quelque dialecte extraordinaire, leur genre de vie n’a rien de singulier. Leur doctrine n’a pas été découverte par l’imagination ou les rêveries d’esprits inquiets ils ne se font pas, comme tant d’autres, les champions d’une doctrine d’origine humaine…

Ils se conforment aux usages locaux pour les vêtements, la nourriture et le reste de l’existence, tout en manifestant les lois extraordinaires et vraiment paradoxales de leur manière de vivre.

Ils résident chacun dans sa propre patrie, mais comme des étrangers domiciliés. Ils s’acquittent de tous leurs devoirs de citoyens, et supportent toutes les charges comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie, et toute patrie leur est une terre étrangère. Ils se marient comme tout le monde, ils ont des enfants. […] Ils prennent place à une table commune, mais ce n’est pas une table ordinaire.

Ils sont dans la chair, mais ils ne vivent pas selon la chair. Ils passent leur vie sur la terre, mais ils sont citoyens du ciel. Ils obéissent aux lois établies. […] Ils aiment tout le monde, et tout le monde les persécute. On ne les connaît pas, mais on les condamne. […] Alors qu’ils font le bien, on les punit comme des malfaiteurs.

En un mot, ce que l’âme est dans le corps, les chrétiens le sont dans le monde. L’âme est répandue dans tous les membres du corps comme les chrétiens dans les cités du monde. Le poste que Dieu leur a fixé est si beau qu’il ne leur est pas permis de déserter. »

Nous voudrions, au cours de quelques numéros de la Revue Saint-Joseph d’Allex, réfléchir à notre condition actuelle de chrétiens. Nous le faisons en esprit de missionnaires qui cherchent aussi à proposer l’Évangile dans divers pays du monde.

P. Jean Savoie

QUE NOS VIES SOIENT PRIÈRE
La prière surgit spontanément dans le cœur de l’homme aux grands moments de sa vie.

C’est comme une exclamation au plus profond de l’être : « Seigneur Dieu » ! Cri d’admiration devant un spectacle grandiose de la nature, ou cri d’horreur devant une catastrophe qui vient de frapper lourdement, ou débordement de joie intérieure lors d’une grâce reçue. La prière chrétienne est bien plus qu’une exclamation !

C’est une relation ; c’est un dialogue qui s’établit avec Dieu sur tout ce qui fait notre histoire et notre espérance. La prière chrétienne, c’est notre présence à Dieu là où notre vie se crée et se réalise dans la lumière de son amour.C’est justement pour cela que l’Esprit Saint nous a été envoyé : « L’Esprit que le Père vous enverra en mon nom, vous enseignera toute chose » a dit Jésus à ses apôtres.

L’Esprit en nous est la forme définitive de la Présence de Dieu. « Nous viendrons chez lui et nous y ferons notre demeure » L’Esprit nous affirme que nous sommes enfants de Dieu » (Rom 8, 14-17). Il nous pousse à appeler Dieu « notre Père ».

Il suscite la prière en nos cœurs et nous fait voir en Dieu tout ce qui fait notre vie.

« Nul ne peut dire ‘Seigneur’ qu’en l’Esprit de Dieu ».

Ainsi notre prière est louange et acclamation devant la réalisation du dessein de Dieu en nous et dans l’Eglise.

La prière est reconnaissance et remerciement en l’Esprit pour toute grâce sur les hommes.

La prière est intercession de l’Esprit en gémissements inénarrables pour toute détresse humaine.

Seule l’Esprit nous aide à prier « comme il faut ».

Inspirée par l’Esprit notre vie elle-même est prière, prière de louange, de remerciement, d’intercession, de don de soi.

Notre vie est engagement au service du dessein de Dieu et du bien des hommes,

pour contribuer à la construction du Royaume de justice et paix que l’Esprit nous suggère de construire.

Dans ces pages, après le témoignage sur l’après-midi du Pèlerinage et le reportage sur le travail des Spiritains à Taïwan,

vous pourrez laisser l’Esprit Saint vous inspirer la prière du cœur qui fait de toute notre vie une prière.

Jean Savoie

Actualités :

La Fraternité Saint-Joseph  vient de publier un livre de spiritualité et de prières à Saint Joseph  (200 pages petit format à 8 €).   Vous y trouverez la place qu'a eue Saint Joseph dans la vie de l'Eglise officielle ou  populaire, des prières anciennes et des prières pour le monde et l'Eglise d'aujourd'hui.                Vous pouvez le commander par courrier à Fraternité Saint Joseph     4 Montée de la Butte 26400 ALLEX.

CONTACTS :

Maison Saint-Joseph

Responsable de la Communauté
Père Etienne Lefèvre  : allexcssp@aol.com
Maison Saint-Joseph, BP 1 
4, Montée de la Butte - 26400 ALLEX

Tél. 04 75 62 62 02

 

 

Accueil Saint-Joseph d'Allex

Responsable :  M. Arnaud Verda 
BP 1 - 4, Montée de la Butte - 26400 ALLEX
tel : 04 75 62 72 00 
Courriel : accueil-allex@spiritains.org
site : www.accueil-allex.org

 

 

Le Sanctuaire Saint

Joseph
BP 1 - 4, Montée de la Butte -

26400 ALLEX
Tel : 04 75 62 79 41

Site : www.stjoseph-allex.org 
Courriel : P. Jean Savoie
jbsavoie@free.fr

 

Revue Saint-Joseph

d'Allex
Directeur : P. Francis WEISS 
Abonnements : 15 €

pour 6 numéros par an

Ordre  : Œuvre Saint-Joseph d'Allex
Secrétariat de la Revue Saint-Joseph
 BP 1 - 4, Montée Butte - 26400 ALLEX
 Tél. 04 75 62 79 44 - 

Mail: stjosallex@spiritains.org 

CONTACTS :

Maison Saint-Joseph

Responsable de la Communauté
Père Etienne Lefèvre  : allexcssp@aol.com
Maison Saint-Joseph, BP 1 
4, Montée de la Butte - 26400 ALLEX

Tél. 04 75 62 62 02

 

 

Accueil Saint-Joseph d'Allex

Responsable :  M. Arnaud Verda 
BP 1 - 4, Montée de la Butte - 26400 ALLEX
tel : 04 75 62 72 00 
Courriel : accueil-allex@spiritains.org
site : www.accueil-allex.org

 

 

Le Sanctuaire Saint

Joseph
BP 1 - 4, Montée de la Butte -

26400 ALLEX
Tel : 04 75 62 79 41

Site : www.stjoseph-allex.org 
Courriel : P. Jean Savoie
jbsavoie@free.fr

 

Revue Saint-Joseph

d'Allex
Directeur : P. Francis WEISS 
Abonnements : 15 €

pour 6 numéros par an

Ordre  : Œuvre Saint-Joseph d'Allex
Secrétariat de la Revue Saint-Joseph
 BP 1 - 4, Montée Butte - 26400 ALLEX
 Tél. 04 75 62 79 44 - 

Mail: stjosallex@spiritains.org