Acerca de

DSC09180.JPG

Le sanctuaire St Joseph

Une histoire, une rencontre, une source

L'harmonie entre le sanctuaire et le château a été assez habilement obtenue grâce à une galerie à deux niveaux. L'ensemble s'inspire d'Assise et s'insère avec élégance dans le village, déjà provençal, d'Allex.

Vitrail Allex.JPG
orgue.jpg
DSC_5312.JPG
espace sainte famille.png
tabernacle.jpg
vitraux.jpg
statue st joseph extérieur.jpg
Joseph.jpg
20210503094126.JPG
20210503094149b.jpg

Le maître-autel, tout en marbre, oeuvre d'un sculpteur de Turin et rapporté de Suse car offert par les amis dauphinois de l'école, est surmonté, dans le fond du choeur par la statue de Saint-Joseph, celle qui avait reçue à Seyssinet, le 2 septembre 1900, des mains de Mgr Henry évêque de Grenoble, les honneurs du couronnement accordé par le Pape Léon XIII.

En juin 1936, au-dessus du porche d'entrée le fronton de la chapelle s'orne d'une rosace de cinq mètres de diamètre. L'Esprit-Saint surmontant un coeur humain blessé le guérit et lui donne ce rayonnement qui à travers toute la rosace manifeste toute la beauté de l'Eglise comme harmonie de communautés diverses allant vers le cercle doré final qui est sa réalisation complète aux couleurs de la divinité. Elle teinte l'intérieur du sanctuaire des tons or et émeraude de ses lobes.

 

A la tribune est installé un orgue, dû à la maison Roethinger de Strasbourg. On précise qu'il est riche en jeux de fonds (13), en jeux d'anches (3), en jeux de mutation (7). Il est inauguré le 22 novembre 1936, en la fête de Sainte Cécile, par M. Henri Malet, organiste de Saint Philippe du Roule à Paris.

De chaque côté de la nef, quatre chapelles latérales. A cette époque on ne concélébrait pas, et les prêtres de la communauté disaient chaque jour la messe individuellement dans ces huit chapelles. Chacune de ces chapelles recevra une des statues sculptées par Jacques et Suzanne Hartmann.

La croix et les chandeliers du choeur et des autels latéraux sortent des ateliers Collot de Bourg-les-Valence.

Ce sanctuaire a été consacré le 6 mai 1937 en la fête de l'Ascension par Mgr Le Hunsec, Supérieur Général de la Congrégation du Saint-Esprit, en présence de Mgr Pic, évêque de Valence. Après le concile Vatican II, l'autel principal est avancé afin de célébrer la messe face aux fidèles. En mars 1982 la statue de la Vierge est rejointe par celle de Joseph charpentier et par une icône de Saint Joseph réalisée par l'atelier d'iconographie du Foyer Oriental Saint Basile de Lyon. Cette icône représente Saint Joseph tenant deux colombes dans la scène de la Présentation de Jésus au Temple. Tout autour de lui, diverses scènes illustrent les moments capitaux de sa vie. Cet espace est celui de la sainte famille.

 

En symétrie la chapelle du Saint Sacrement : le tabernacle et l'ambon sont, sur les indications du couple Hartmann, des oeuvres de l'artisan ferronnier d'Allex : Mr Hélier Gourey. Derrière le tabernacle une fine sculpture en bois : la descente de la Croix du sculpteur sur bois italien Andrea Brustulon, réalisée vers 1700.

 

En 1997 on procède à de nouveaux aménagements dans le choeur : la statue de Saint Joseph couronné est abaissée de sorte qu'elle ne coupe plus l'arc de l'abside. On remplace le rideau par un pan de bois, on installe de nouveaux sièges pour les prêtres, on enlève les autels latéraux, et tout le sanctuaire s'égaye : les murs, qui jusque là étaient restés couleur du ciment, sont peints d'une couleur très chaleureuse. Les vitraux représentent sur un tiers de leur surface des scènes de la vie de la sainte famille tout en laissant bien passer la lumière. Le sanctuaire est ainsi restauré pour la fête de Saint Joseph du 19 mars 1998, fête toujours présidée par notre évêque de Valence.

 

On peut suivre le chemin de Croix, très expressif et recueilli, constitué de scènes sobres de un à 3 personnages. Les statues sont du sculpteur allexois Hartmann et datent d'autour de 1947.

 

Pourquoi deux grandes statues de Saint Joseph ?

La plus ancienne des statues est celle qui se trouve sur le perron du château. A l'origine elle dominait l'autel dans la chapelle de Seyssinet.

C'est une statue en terre cuite dont on n'a pas gardé le souvenir de la provenance. Le chapiteau qui l'abrite a été édifié dans le style des fenêtres du château.

Cette statue représente Joseph tenant devant lui, debout, l'Enfant-Jésus.
Or, au moment des démarches pour le couronnement, une consultation à Rome précisa : "une statue de saint Joseph, pour être liturgique, doit avoir l'Enfant-Jésus, non pas debout devant lui, mais à côté ou sur ses bras". Une autre statue arriva donc à Seyssinet en mai 1898. C'est elle maintenant qui se trouve couronnée dans le sanctuaire de Saint Joseph d'Allex

 

La chapelle Sainte Famille

 

Elle a été aménagée en 1919 puis entièrement refaite en 2017. Les vitraux sont ceux de la chapelle provisoire de 1922, qui retracent le parcours de la vie de St Joseph en image. 

 

En 1986 on trouve que l'hiver le sanctuaire est bien froid et que par contre la sacristie est devenue bien trop grande pour le nombre de prêtres de la communauté. Alors on conserve une petite sacristie et on aménage la "chapelle d'hiver" qui pourra contenir 165 places, sera facile à chauffer, lumineuse et d'une bonne accoustique. C'est le Père Jean Chevalier, missionnaire spiritain au Cameroun, qui fit l'agencement.

L'autel, situé initialement dans la partie triangulaire de la chapelle, est constitué d'une plaque en verre posée sur un pied en fer forgé représentant un filet, réalisé par M Joseph Puel. Ce filet entoure un globe où des poissons dorés, dessinés par Suzi Martin, évoluent sur un fond vert. Ces poissons rappellent que les premiers apôtres de Jésus étaient des pêcheurs, et ictus, en grec, signifie poisson mais est aussi fait des initiales de "Jésus Christ fils de Dieu sauveur". Cette table est en verre afin que le prêtre, voyant le globe, célèbre la messe à l'intention du monde entier. On fait appel à des artistes allexois.

 

Le Tabernacle est inséré dans une colonne en bois orné de poissons stylisés, tracés à la pyrogravure par M. Henry de Magnéval. Le pupitre des lectures, lui, est une simple colonne de bois taillée à la hache.

P. Jean Savoie, Cssp